Réussir son divorce à l’amiable

En Europe un couple se sépare toutes les 5 secondes par ailleurs un rapport du ministère de la Justice établit que le taux de divorce amiable dépasse les 75% en France.

Il faut savoir que l’article 229 du nouveau code civil reconnait 4 cas de divorce :
Premièrement le divorce par consentement mutuel, ensuite vient le divorce par acceptation du principe de la rupture du mariage. Ensuite le divorce par altération définitive du lien conjugal. Et enfin le divorce pour faute.

Le divorce à consentement mutuel est ce que l’on appelle communément un divorce amiable.
Ce divorce amiable, favorisé par la loi, est la plupart du temps choisis par les couples.
Après concertation, vous et votre conjoint avez muri votre décision pendant des mois jusqu’à ce que l’évidence apparaisse… S’impose alors le divorce amiable.
La demande de divorce amiable est alors présentée par les avocats respectifs des parties ou par un avocat choisi d’un commun accord.

Plus votre divorce est conflictuel, plus il dure et peut même traîner sur des années!
En revanche quand les deux parties sont d’accord le divorce amiable est choisi en général en fonction de sa rapidité et point non négligeable parce qu’il est moins onéreux par rapport à un divorce litigieux.

En choisissant celui-ci, qui d’ailleurs est encouragé par la loi. Le divorce amiable implique des négociations. Une multitude de questions doivent alors être abordées car le processus légal comporte de nombreuses règles. Des discussions peuvent alors être engagées concernant le domicile conjugal, le nom d’épouse, les comptes bancaires, les biens, la garde des enfants, la prestation compensatoire, etc…

Point important à savoir, le divorce amiable est interdit au majeurs « protégés », c’est-à-dire, mises sous tutelle ou curatelle par l’Etat.

Publicités